dimanche 30 novembre 2008

en Isère, des enfants raflés à l'école



Une première en Isère :
Il s'est produit un fait très grave à l'école du Jardin de Ville, à Grenoble. A 15h45, un père de quatre enfants (un moins de trois ans, deux scolarisés en maternelle et un en CE1 à l'école du Jardin de Ville) est venu, accompagné de deux policiers en civil, chercher ses enfants, pour "un rendez-vous en préfecture", ont compris les enseignants.
A 19h, on apprenait que la famille au complet était au centre de rétention de Lyon.

Ils y ont dormi. Ils étaient injoignables hier soir.
On a réussi à les joindre tôt ce matin aux cabines téléphoniques du centre de rétention (qui, rappelons-le, est une prison). Ils étaient paniqués. On a prévenu le centre que la CIMADE, seule association ayant le droit d'entrer dans les centres de rétention, irait voir la famille ce matin. Arrivés au centre, les militants de la CIMADE les ont cherchés, sans succès : la famille était en route pour l'aéroport, leur avion décollant une demi-heure plus tard.

Nous n'avons rien pu faire, nous attendions que les militants des la Cimade comprennent la situation de la famille, afin de pouvoir les aider en connaissance de cause. Ils ont été expulsés ce matin.
Leurs chaises d'école resteront vides.
C'est une première en Isère : la traque des étranger-e-s pénètre dans les écoles.

Les seuls enfants en situation irrégulière sont ceux qui ne sont pas à l'école.

Nous vous demandons de bien vouloir faire circuler cette information le plus largement possible. Personne ne doit pouvoir dire "on ne savait pas".
Merci,
Emmanuelle, pour le Réseau Education Sans Frontières 38



---

jeudi 27 novembre 2008

femmes en politique

Savoureux rapprochement au sommaire de la toujours riche, précise (et sympathique) lettre de Synthèse d'actualité qu'envoie régulièrement le SDFE (Service des droits des femmes et de l'égalité, faisant toujours ses preuves noyées au sein du vaste ministère du Travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité ) :

Parité politique
Election d’une première secrétaire du PS
Les femmes de l’UMP veulent une meilleure représentation

S'il y avait de quoi désespérer pendant la longue élection qui a abouti à la désignation de Martine Aubry, au moins cette durée a-t-elle fait venir des idées aux adhérentes de notre bi-président (pardon tri- : France + UE + UMP qu'on oubliait).

Il faut dire qu'avec 41 députées seulement sur un groupe de ...317 (13 %), l'UMP peut mieux faire. Mais si ce parti peut se passer de plus de 4 millions d'€ par an !...
Quant aux structures de leur parti, ces militantes ont obtenu une réponse dont fanchon ne se satisferait pas : quelques-unes des femmes du gouvernement seraient bientôt promues comme porte-parole de l'UMP. Voilà ce qui n'augmentera pas le "vivier", comme on dit.

Et puis ce n'est pas fait : on y réfléchit pour janvier (tiens, janvier ? ça sent un peu la future sarkozette...).
Qui, on ? le tri-président bien sûr. Il doit tout faire tout seul. Quels métiers !

---

jeudi 20 novembre 2008

journée de femmes ?

69 % de grévistes annoncé-e-s dans un corps enseignant fortement féminin. C'est toute une politique de l'éducation, de service public si essentiel à une nation, qui est contestée avec inquiétude. Le gouvernement souligne combien les parents, surtout les mères, sont pénalisés par cette grève. Ben voyons...

Ce soir élection, 1er tour, des premiers secrétaires à tous les niveaux du PS. Une procédure démocratique fera-t-elle élire une femme, pour la première fois à la tête d'un grand parti politique en France ? Fanchon se réjouirait-elle également de la victoire de l'une ou de l'autre ? Les thèmes de ce blog laisse bien imaginer que non...

Mais l'urticaire commence à gagner devant les titres genre "duel de femmes". En trois siècles de vie politique française, a-t-on jamais lu "duel d'hommes" ?


Pendant ce temps, un événement va se produire quai Conti à Paris :
Jeudi 20 novembre 2008, Mme Simone VEIL sera candidate face à quatre autres candidats de très faible notoriété au fauteuil de Pierre Messmer à l'Académie Française : son élection est donc plus que probable. L'ironie du sort aura voulu que l'auteur de la loi abjecte qui porte son nom succède ainsi quai de Conti à celui qui fut le chef du gouvernement du premier projet de loi d'avortement (projet Messmer - Taittinger - Poniatowski) en 1973 (Taittinger étant Garde des Sceaux et Poniatowski ministre de la santé du gouvernement Messmer) !

C'est un extrait du communiqué appelant à manif. Où l'on voit que la haine contre une femme politique, cela existe, serait-elle la plus populaire... Cette haine-ci pue tellement depuis près de 35 ans, que les Français n'y prêtent plus aucune attention. Quelques journalistes iront regarder la curiosité que représentent ces réacs en campagne, sur la passerelle des Arts, soutenus par personne.


Mais quelle est la raison qui a incité l'Académie à probablement accueillir Simone Veil ? ses talents littéraires ? elle n'y a jamais prétendu. Son dernier texte édité doit être le récit du vote de la loi de 1974 pour l'IVG. Mais son courage lui valut une durable popularité, bien méritée. Courage et popularité qui lui valent maintenant l'accès à l'Académie la plus misogyne... Est-ce le sort prestigieux destiné en 2040, à une future éléphante que les socialistes auraient réussi à éliminer en 2008 ?

----

mercredi 19 novembre 2008

jour de fête

Après une longue absence regrettable, et regrettée, retournons aux Affaires du Monde,donc au-delà même de nos frontières. Aujourd'hui, 19 novembre, saint Rainier, c'est la Fête Nationale Monégasque mise en images par TMC bien sûr, soit un peu de fraîcheur exotique aux yeux du monde bouleversé.
Mais peut-on dire que cette petite entreprise ne connaît pas la Crise ? Monte-Carlo pour l'heure célèbre Sa Famille Sérénissime, sous le soleil de rigueur.

Le programme est chargé, pour un téléspectateur moyen qui aurait eu à vaquer aussi à d'autres obligations. Il aura eu le choix entre :
- la messe d'action de grâces avec Te Deum à la cathédrale néo-romane, construite dans les années 1860-1880,
- les deux prises d'armes successives dans la cour du Palais princier,
- le défilé des troupes à pied et motorisée (oh, pardon : motorisées).

Pour la France, on note bien sûr la présence active de Proust (NDLR : le Ministre d'État Son Excellence Jean-Paul -, bien sûr, précédemment préfet de police à Paris puis nommé par Chirac à Monte-Carlo)
Avec un souci du détail qui honore cette principauté, non laïque, où le catholicisme romain est religion d'État (c'était pour le cours de droit constitutionnel ; ne remerciez pas fanchon), le Zitrone local, journaliste en direct de la cathédrale, s'appelle José Sacré.

Dans le même esprit, une citation de l'évangile a déjà été répétée par l'autre monseigneur monégasque : au lieu de la formule à laquelle on est habitué à propos des oiseaux du ciel, l'évêque ne dit pas "tout le reste vous sera donné par surcroît", mais "par dessus le Marché". N'est-on pas dans un Paradis fiscal ?

Bonne fête donc, à tous les Monégasques, en particulier à ceux qui résident en France.
Ah ?... ils ne sont pas très nombreux ? il n'y a pas de joueurs de foot, de tennis ?...


mercredi 12 novembre 2008

féministe gentille

Toute autre actualité urgente attendra, aujourd'hui. Nous avons eu l'œil du Service des droits des femmes, toujours indispensable avant que la RGPP n'ait complètement sa peau. Il a pensé à signaler l'hommage rendu à Francine.
Pourquoi faire du style ? la brève notive est d'une sobriété parfaite qui sied bien à notre amie :


Décès de Francine Comte


Francine Comte est décédée le 7 novembre 2008. De nombreuses associations féministes lui rendent hommage aujourd’hui.
Francine Comte avait été l’une des fondatrices du Collectif national pour les droits des femmes (CNDF) en 1996. Elle en était ces dernières années l’une des trois porte-parole.
Ecrivaine, poète, peintre, mais surtout militante, Francine Compte, également connu sous le nom de Francine Ségeste, était la compagne de l'économiste et écologiste Alain Lipietz.
Elle avait, selon l’hommage que lui rend le CNDF, « une culture féministe affûtée, elle bouillonnait d'idées et savait parfaitement mettre par écrit le fruit de nos élaborations et de nos débats. Elle était sympa, douce, gentille, amicale et empathique. Elle était aussi capable d'abattre des montagnes de travail ».
Malgré sa maladie elle prenait encore toute sa place dans les activités militantes du CNDF.


Bravo et merci, amies du CNIDF : le mot gentille est si rarement utilisé. Il est si vrai, si riche.
De Francine Comte - souvent auprès de Maya -, Fanchon garde le souvenir de ces innombrables soirées passées rue Béranger, à l'UFCS, autour d'une grande table où nous nous pressions nombreuses.
Ce fut le Réseau Femmes et hommes pour la parité, qui aboutit d'abord à la modification de la Constitution en 1999 puis aux lois de parité en 2000. Ces heures aussi, passées dans les tribunes de l'Assemblée et du Sénat, où les parlementaires qui renâclaient, pouvaient voir toutes ces femmes (anonymes) - jusqu'à 2h ou 3h du matin, tenaces jusqu'à le fin des séances.
Ou bien encore, quand il fallait travailler un texte, et qu'on débarquait chez elle, en banlieue, croisant Alain sur le pas de la porte. Un vrai couple de militants, et ensemble chez Les Verts.

Quel meilleur hommage (femmage ?) rendre à Francine que d'appliquer les politiques pour lesquelles elle s'est battue ?
Et comment mieux saluer la militante qu'en allant prendre sa place dans la chaîne de solidarité ? Non pas la remplacer, mais lui succéder pour partager la charge.

Courage à la CADAC, et affectueuses pensées ainsi qu'à Alain, poignant dans ses mots d'amour.

Qui prétend qu'il n'y a plus de féministes ? prenons sa suite, soyons gentilles - et aimées si possible.

---

mercredi 5 novembre 2008

yes, HE can !

Heureuse certitude ce matin : le 44ème homme qui présidera bientôt les États-Unis d'Amérique a une légère différence avec ses quarante-trois prédécesseurs. Et pourtant cette petite nuance, un reflet sur les photos et les écrans, a fait se lever une historique clameur à travers cet immense pays, qui nous a réveillés : triomphe de la radio sur la TV et internet !


Clameur qui enchante le reste de la planète, tant ce changement est porteur d'espoir pour une mondialisation moins primaire. Symbole aussi, que cet homme jeune, né dans le continent le plus pauvre, et qui va gouverner le pays le plus riche. Deux mondes qui ne pourront plus s'ignorer, pour notre bien à tous.

Force d'une Nation, quand un de ses fils peut parler à la tribune de "nos pères fondateurs", ces pélerins blancs de Nouvelle-Angleterre ; chez nous c'est le succès assuré pour un comique black/beur qui répète "nos ancêtres les Gaulois" ! Force d'un pays où un politique ne caricature pas la politique en assurant que "tout est possible".

Enfin, soulagement de voir que tout un Peuple a su dominer, rejeter, la plus grande forme de connerie humaine : le racisme. Maintenant la porte est ouverte à une réconciliation avec une partie de lui-même, victime de l'Histoire. Porte ouverte à une meilleure démocratie, à la dignité, au respect de l'Autre. Mais cette victoire arrive par la bande, puisque jamais le candidat n'a revendiqué cette petite différence, n'en a fait lui-même un argument électoral.

Désormais, on lui souhaite de l'intelligence, du courage, de l'énergie et de la chance (tout ce qu'il semble avoir), pour faire face à l'héritage que lui laisse le président le plus nul de l'histoire des USA.

Il le pourra. Yes, HE can.
Pas SHE ! Permettez à fanchon une pensée pour Hillary Clinton. On a vu les larmes, d'émotion, de Jesse Jackson ; pas celles de la femme battue. Click:


On a dit que son rejet était dû au fait qu'elle s'identifiait à une classe politique trop traditionnelle.
Que n'eût-on dit si - en moins de 4 ans ! - elle était devenue d'abord simple sénatrice puis candidate à la présidence à 48 ans ? qu'elle ignorait tout de la vraie politique ? qu'elle devait se former ? qu'elle commettait des bourdes ? (juste des suppositions...)

D'ailleurs, imagine-t-on Michelle Obama élue, au lieu de son mari ?(oh la ! silence, en plus elle est jolie...)

Si un pas a été franchi par l'humanité, dans cette nuit américaine, un autre reste à faire.
Un grand pas vers la démocratie, dans l'égalité universelle, dans l'Histoire. Il faut s'y préparer longuement. Une occasion s'est offerte à nous, en France, et peut revenir. Le voulons-nous ?

nous les femmes
Une enquête récente a prouvé que les femmes "noires" (beige, café-au-lait, marron...) avaient plus de revendications comme noires que comme femmes. Et la plupart des femmes blanches (beige, roses...) refusent d'être "féministes*...

On est bien parties, sans un minimum de solidarité ! il faudra encore longtemps accepter d'être gouverné-e-s par des hommes-toujours-si-compétents-eux ; accepter que l'égalité devant les lois soit bafouée ; encaisser les coups et des salaires moindres.
Quel rapport ? un grand parti français a une femme en "réserve". Elle montré qu'elle acceptait de se former encore mieux et qui l'a fait. Qui brave les injures et s'oppose courageusement à une politique que beaucoup refusent. Qui veut changer des systèmes archaïques et en a convaincu des foules. Qui a failli être élue (si...). Elle a un seul grave défaut : c'est une femme.

Et elle a la fichue volonté de vouloir aller à la place où ne vont que des hommes. Fanchon la suit et souhaite la même ténacité à tous ceux/celles qui veulent la soutenir.

Justement ils/elles peuvent voter demain, chez nous en France : elle porte avec d'autres socialistes une motion hardie, la motion E - comme Espoir, comme Énergie, comme Ensemble, comme Europe. Allez, les filles, donnez-lui une majorité ! Car il y a aussi E comme Équipe, et elle en a une fameuse.

---

samedi 1 novembre 2008

Najat aussi, on aime

Voilà une des femmes que Ségolène Royal nous a permis de découvrir, avec une nouvelle façon de faire de la politique, dans la vie. Vous connaissez beaucoup de conseillers généraux qui puissent faire du vélo en chantant ? Et c'est sa chanson, ses idées et convictions.



Bien tourné, non ?
Vous l'aviez reconnue, "la petite" Najat Vallaud-Belkacem. Elle a tout d'une grande.. (pardon, c'était un peu facile)

--

Dominique aime la politique

Cette dame, qu'on a pu voir généralement calme et posée dans les débats où elle représentait Ségolène Royal, cette dame sage, Dominique Bertinotti, s'est enflammée. C'était devant la fédération du PS de Paris, pour présenter la fameuse motion E (comme Espoir) :

Voici trois heures que nous sommes ensemble, permettez moi alors d’adopter un ton plus « léger », je vais vous parler d’amour !

J’aime la politique quand elle évite la langue de bois et les figures convenues

J’aime la politique quand elle s’adresse sans démagogie à tous les Français et que la gauche retrouve enfin la confiance des classes populaires.

J’aime la politique quand elle a le sens de l’anticipation et qu’elle sait dénoncer un capitalisme qui perd tête avant même l’éclatement de la crise financière.

J’aime la politique quand la France métissée s’y reconnaît et que la fraternité (3e mot de notre devise) reprend toute sa dimension politique.

J’aime la politique quand elle donne la possibilité à chaque citoyen d’être le meilleur expert de sa propre vie et qu’il puisse s’exprimer dans la démocratie participative complément indispensable de la démocratie représentative.

J’aime la politique quand elle est ambitieuse et qu’elle exige l’excellence environnementale.

J’aime la politique quand elle prône la démocratie jusqu’au bout !

J’aime la politique quand elle aime les militants, tous les militants et qu’elle en veut même beaucoup plus et qu’elle respecte leur voix.

J’aime la politique quand elle s’exerce sans tabous, qu’elle est loin des conformismes, quand elle bouscule, quand elle dérange sur le fond et sur la forme, qu’elle nous invite au mouvement et au changement.

C’est pour cela que je suis "fière d’être socialiste et de porter l’espoir à gauche".


ouf, fanchon aime bien les femmes qui font - et aiment - la politique !

-----